dimanche 9 février 2014

Les joies du week-end de mère célibataire


Dans mon malheur de mère en cours de divorce, avec 2 mioches de 3 ans 1/2 une semaine sur deux, il y a du bonheur... celui du week-end de mère célibataire !

Alors que toute la semaine, je me prends la tête, je m'arrache les cheveux pour savoir quoi faire comme repas équilibrés (mangez 5 fruits et légumes par jour), que je m'égosille à demander à mes filles de mettre les mains sur la table et ne pas jouer les pédicures pendant le repas... les week-ends sans enfant, je joue les teenagers en pleine crise d'ado !

Ça donne : réveil à 10h du mat', pas de douche (eh oui, c'est carrément moins girly & sexy, mais j'ai pas non plus fait de sport en chambre cette nuit, merci de me le rappeler !), nuisette toute la journée (eh oui !) et repas à n'importe quelle heure et surtout n'importe quoi.

Par exemple, en ce dimanche 09 février, voilà ce que, mère sans enfant, j'ai fait (ou pas) !
  • 10h : réveil, zen... pour une fois, ce n'est pas une tête blonde, venue dans mon lit à 6h45 me dire que mon réveil indique "des gros chiffres", qui me réveille... non, je me suis réveillée toute seule !
  • 10h15 : petit-déjeuner devant la TV. OK, ce fut rapide, j'ai la maladie de la zappette folle, surtout le dimanche quand le choix doit se faire entre la messe, les voitures et Téléshopping et sa gaine amincissante révolutionnaire ! Devant ce choix de qualité hautement supérieure, une seule solution : switch off !

Ouah, le silence... J'ai donc laissé mes boules Quies ? Oups, non... Juste que seule, j'ai pas besoin de parler, ni de crier. J'entendrais les mouches voler (ou la chasse d'eau de mes voisins !).

Après avoir déménagé mon appartement la veille - une envie de changement - il me restait un peu de ménage. Ça, je vous l'accorde, ça n'a rien, mais rien du tout, d'un quelconque comportement d'ado... C'est plutôt la maniaque du rangement, de l'ordre, de la perfection qui s'est réveillée en moi, en ce dimanche. Par contre, la négligence de ma tenue, ça, c'est de la pure inconscience d'ado ! Une chemise en guise de nuisette + une petite culotte... et me voilà sur le balcon, au second étage, à nettoyer mes vitres !

Quelle déception : pas un coup de klaxon, pas un seul accident de voiture, même pas un aboiement du chien de la maison d'en face... rien, nada, niet. Ok, je vous l'accorde, à midi, le dimanche, il n'y a pas grand monde. L'église ou la boulangerie font carton plein, comparé à moi.

  • 14h : le petit-déj Nutella - brioche se fait déjà loin. J'ouvre le frigo à la recherche du truc facile, rapide mais appétissant ! Résultat (mon frigo était vide, le choix était simple) : bavette + petites pommes de terre sautées. Eh bien, où sont donc les légumes, vous allez me dire ? Chez le marchand, je vais vous répondre. Comprenez-moi, ras-le-bol de ces trucs verts que je cuisine toute la semaine. Depuis hier, je me suis mise au régime jaune : frite, patate, pates... Tiens, même la brioche rentre dans ce régime ! Youpi.
  • 16h : Un petit doute, si La Teigne m'appelle pour me dire qu'elle passe, je la reçois en quelle tenue ? Ok, je file à la douche. Pas facile de se faire une place entre les petites culottes, les soutiens-gorge et les bas qui sèchent, accrochés de-ci de-là, entre la barre de douche et celle du rideau, sur le robinet... Bref, partout où c'est possible. Mission accomplie, mais la tenue reste rudimentaire et coooOool : jogging, vieux tee-shirt et pull ! 
    Précision : étant donné que La Teigne a un balai dans le dos (pour rester polie), elle n'est pas venue tailler la bavette avec moi.
  • 18h : une petite dose de régime jaune : brioche avec une entorse marron (le Nutella). Une petite manucure s'impose : mes ongles s'effritent, s'émiettent.. Eux aussi boudent les légumes !
  • 21h : finalement, le régime jaune, y'a pas à dire, ça cale bien... je vais en rester là pour aujourd'hui.
Vous trouverez que ma journée a été plutôt cool. J'avoue, je ne vous ai pas dit qu'entre 15h et 19h, j'ai bossé. Oui, c'est ça le problème de la mère qui bosse chez elle, c'est que les heures, on les fait quand on peut et pas forcément les jours ouvrés.

Il est presque 22h et me voilà à nouveau dans la même tenue, comme 12h auparavant.

La journée est finalement passée vite.
Demain c'est lundi, et l'ado va quitter mon corps pour laisser place à la femme de presque 35 ans. 

Sur ce, bonne nuit, l'ado a besoin de récupérer après cette journée de folie.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire